Formules de calcul des cotes et des rapports probables aux Paris Hippiques

La cote c’est le nerf de la guerre du parieur. Sans cote, il n’y aurait pas de rapport probable, pas de pronostiqueur, pas de turfiste ! Dans un supermarché il ne vous viendrait pas à l’idée d’acheter un produit s’il n’y avait pas d’étiquette. Au PMU ou à l’hippodrome, c’est un peu la même chose: la cote c’est l’étiquette du pari que vous allez ‘acheter’. Voyons comment se calculent la cote et le rapport probable d’un pari hippique?

.

Méthode de calcul de la cote d’un cheval en Simple Gagnant (SG) et du rapport probable associé

En France, seule la méthode du pari mutuel est autorisée aux courses. Cela veut dire que l’ensemble des mises des joueurs sont mutualisées et redistribuées aux gagnants après l’inévitable prélèvement des taxes par le bookmaker. Pour organiser cette redistribution entre les gagnants, on utilise la notion de cote, un simple chiffre qui traduit, pour un cheval donné, le rapport entre la masse des enjeux et la somme d’argent misée sur le cheval en question.

On peut donc écrire simplement pour un pari en Simple Gagnant (SG):

Cote d’un cheval en SG = Mises totales sur tous les chevaux/ Mise sur le cheval en question

Avec cette formule de calcul, on comprend tout de suite pourquoi la cote d’un cheval baisse lorsque tout le monde pari sur lui. En effet la ‘Mise sur le cheval en question’ étant au dénominateur, le résultat de la fraction (la cote du cheval en SG) baisse quand cette mise augmente.

On utilisera donc un ratio pour parler de la cote d’un cheval :

Pour un favori, on dira, par exemple  qu’il est à 3/1 (on dira aussi qu’il est coté à 3 contre 1). Si un tel cheval, coté à 3/1, remporte la course, le parieur remportera 3 fois sa mise.

Par exemple pour une mise minimale de 2€ sur un pari en simple gagnant, il remportera 3*2€= 6€.

Attention, c’est bien 6€ de bénéfice, à ne pas confondre avec les 8€ inscrits sur le ticket de remboursement. En effet, les 8€ inscrits sur le ticket de remboursement incluent le bénéfice de 6 €, mais également le remboursement de la mise initiale de 2€.

Cela nous amène à parler du fameux Rapport probable que vous voyez inscrit sur les terminaux des hippodromes ou sur votre PC si vous pariez en ligne.

La formule de calcul du Rapport probable d’un pari simple gagnant (SG) s’inscrit simplement :

Rapport probable d’un Pari SG = Cote du Pari en SG + 1

Si l’on revient à notre exemple précédent avec un cheval coté à 3 contre 1, le rapport probable est de 3+1=4. En multipliant les 2€ de notre mise en SP par ce rapport probable de 4, on obtient bien les 2€*4=8€ inscrits sur le ticket de remboursement.

Attention donc de ne pas confondre Cotes et Rapports probables au turf. Même si tout le monde parle de cote, en pratique, vous n’utiliserez que le rapport probable, celui qui est inscrit sur les terminaux de jeu et qui vous indique ce qui sera crédité sur votre bankroll (si vous jouez sur Internet) ou ce qui sera imprimé sur votre ticket de remboursement (si vous jouez à l’hippodrome).

Contrairement aux paris sportifs ou les cotes sont d’une certaine stabilité (tout au moins les cotes d’avant match), les cotes hippiques fluctuent de plus en plus vite à l’approche de la course. Cette fluctuation est tout simplement le reflet de la dispersion des paris, dispersion alimentée par les tuyaux glanés ci et là par des turfistes avertis. En jouant le plus tard possible, vous aurez une bonne estimation du rapport probable (et donc de la cote) associé à votre Pari Simple Gagnant.