Déferrage au Trot: Faut-il parier sur un cheval ayant enlevé ses fers?

Introduite par les Suédois sur nos hippodromes à la fin des années 1990, la possibilité de déferrer les trotteurs avant une course a été règlementée en 2009.  (C’est cette même année 2009 que cette pratique a été totalement interdite au galop). Avant une course de trot importante, le propriétaire d’un cheval peut décider de lui enlever les fers des pattes avants, les fers arrière ou les 4 fers. Voyons comment cette pratique du déferrage peut profiter aux parieurs turfistes.

.

D’où vient le déferrage ? Pourquoi déferrer les chevaux avant une course ?

Ah, ils sont forts ces  suédois ! Non seulement, ils viennent de remporter le Prix d’Amérique 2014 avec Maharajah et le Prix de France avec Noras Bean, mais ils sont très souvent à l’origine de nouvelles techniques introduites sur les champs de course. C’est le cas avec le déferrage, une méthode d’allégement introduite à la fin des années 1990 sur nos hippodromes par les professionnels nordiques, en particulier par l’entraîneur et driver suédois: Ulf Nordin.

Les descendants des vikings ont remarqués qu’en déchaussant leurs cracks, ceux-ci, devenus plus légers, pouvaient gagner de l’ordre de 1 seconde au kilomètre! 

Très vite cette technique a fait école dans l’hexagone, et inévitablement des abus sont apparus. En particulier, de petits malins annonçaient qu’ils allaient courir ferrés et 30 minutes avant la course (délai réglementaire) ils enlevaient les fers de leurs chevaux, induisant en erreur la horde de parieurs qui pensaient voir courir des cracks normalement chaussés. Comme bien souvent dans l’hexagone, il a donc fallut règlementer pour encadrer cette pratique ‘sauvage’ du déferrage.

Que dit le règlement du déferrage pour le Trot et le Galop?

Pour le Galop, l’affaire a été définitivement réglée: le déferrage  pour les courses au Galop est tout simplement interdit depuis 2009.  Le risque était en effet trop grand de voir irrémédiablement endommagée la sole délicate des sabots des galopeurs, sole très sollicitée par les aspérités d’un terrain de Plat.

Pour le Trot, même si le risque d’endommagement de la corne d’un sabot non ferré existe bel et bien, les sollicitations sont moins violentes qu’au Galop. Le législateur n’a donc pas interdit la pratique jusqu’à présent. Par contre, depuis le 1er Mai 2009, l’entraineur doit indiquer s’il a l’intention de courir avec ou sans fers. Une fois cette déclaration faite, il ne peut plus changer d’avis, sauf à encourir de lourdes sanctions. Cette disposition intervient plusieurs jours avant la course lors de la déclaration des partants, ce qui laisse aux médias spécialisés le temps de publier l’information.

Vous trouverez à cet effet, des codes indiquant la nature du déferrage :

  • DA pour indiquer que le cheval sera déferré des pattes Antérieures,
  • DP des pattes Postérieures et
  • D4 des 4 fers.

Ces codes sont parfois remplacés par le symbole d’une paire de fer à cheval barrés (ou pas) comme ci-après sur le site du PMU (course du célèbre Prix d’Amérique de Paris-Vincennes).

Chevaux déférés indiqués sur la liste des partants du Grand Prix d’Amérique 2014

Extrait de la liste des 18 partants du Prix d’Amérique 2014 avec indication des chevaux ferrés et déférés

Vous noterez que dans cet extrait, les 7 premiers des 18 partants sont tous déferrés, à l’exception de Vanika du Ruel qui est ferré des pattes antérieures et de Nesta Effe qui est ferré des pattes postérieures.

Comment parier sur un cheval déferré au trot?

Si un entraineur déferre son cheval avant une course c’est pour augmenter ses performances. Alors, me direz-vous, pourquoi ne pas courir sans fer tout le temps?  Eh bien, c’est ce que nous disions plus haut: la corne des sabots s’abime avec le temps et un cheval ne peut pas concourir indéfiniment sans chaussure! L’entraineur devra donc faire des choix et ne déchausser son trotteur que pour les grandes courses, celles qu’il ‘vise’ particulièrement.

C’est donc tout boni par le parieur, me direz-vous ? Il suffit de repérer les chevaux qui se présentent déchaussés et de parier sur eux! Hélas, ce n’est pas si simple, car tout le monde à l’info et, par voie de conséquence,  la cote des déchaussés s’effondre.

Plutôt que de ne regarder que le ferrage ou le déferrage sur la course à jouer, il faut,  un fois de plus, faire un retour en arrière et prendre en compte l’historique du cheval. La fameuse musique, mais appliquée cette fois aux seuls sabots des trotteurs. Si un entraineur, alterne ferrage et déferrage, on visera la course où le trotteur est déferré juste après une épreuve où il ne l’a pas été. Cela veut dire que la course précédente était une simple course de préparation.

Pour les chevaux engagés dans  une longue carrière ferrée, un premier déferrage peut jouer le rôle de révélateur pour l’entraineur. C’est le cas de Quif de Villeneuve qui, après une longue carrière très moyenne, quitte ses fers et gagne, coup sur coup le GNT 2011 et le Prix du Cornulier 2012. Plus loin de nous, on se rappelle également la folle aventure de Général du Pommeau, qui est devenu, sans ses fers, le fameux ‘Général aux pieds nus’, remportant de nombreux Groupe I..

Mais le contre-exemple existe aussi avec Ready Cash qui a été déféré des 4 pieds (*) pour la seule et unique fois pour le prix d’Amérique 2010. Mal à l’aise, il a fauté dans cette configuration. Ce qui ne l’a pas empêché de revenir à Paris-Vincennes en 2011 , puis en 2012 et de gagner par 2 fois cette course mythique, mais cette fois,  … déferré des postérieurs uniquement!

Note (*) A noter que généralement un déferrage des 4 sabots est plus profitable qu’un déferrage partiel (antérieur ou postérieur). Dans le cas de Ready Cash, c’est l’inverse qui s’est produit ! La belle incertitude des paramètres hippiques !

Voilà, nous espérons vous avoir éclairé sur ces pratiques de déferrage. Si cette opération va de pair avec une forme exemplaire de votre trotteur, et si sa musique est bonne, alors n’hésitez pas  à le mettre sur votre Papier: votre pari finira bien pas être gagnant ! Après tout, on a déjà vu des arrivées de quinté au trot composées exclusivement de chevaux déferrés !