Parier sur un cheval en forme pour augmenter les chances de gagner!

Pour avoir une chance de gagner au turf, encore faut-il parier sur un cheval en forme, voire si possible au top de sa forme. Mais la condition physique et mentale d’un cheval est un paramètre complexe qui s’analyse sur le court, moyen et long terme. Si les fondamentaux sont souvent un prérequis (cheval régulier et bien noté, dans son cycle ascendant), l’analyse de la forme à très court terme (au paddock d’avant course par exemple) est une étape cruciale que les meilleurs turfistes négligent rarement. La condition indispensable avant d’en faire une ‘base‘ pour votre papier!

.

Commençons par le long terme avec la forme saisonnière du cheval.

Comme pour les humains, les équidés suivent des cycles, alternant périodes fastes et passages à vide.  Ces cycles peuvent être calés (ou pas) sur les saisons. Certains chevaux respirent mal par temps de pluie. D’autres supportent plus ou moins bien les périodes de froid ou de chaleurs excessives. C’est en gardant la mémoire des années précédentes (et/ou en consultant les médias spécialisés), que le parieur averti pourra analyser ces cycles saisonniers et déterminer le retour en forme d’un outsider délaissé par les pronostiqueurs.

Analysons le moyen terme après la lecture de sa musique.

Sur le moyen terme (la performance sur les 5 dernières courses, par exemple), la forme d’un cheval s’apprécie en lisant sa musique. Vous trouverez cette information dans les revues spécialisées et chez votre opérateur de paris en ligne (PMU par exemple) en regard de la ligne correspondant à chaque participant à une course.

En un clin d’œil, si vous avez bien pris soin de lire notre article consacré au décodage de cette musique équine, vous saurez  déterminer si les performances de votre cheval sont régulières, sur la montante (ou descendante), ou alors totalement aléatoires.

Pour les trotteurs, vous pouvez également regarder la progression hebdomadaire du rating CRACKSERIES mis en place par le Trot.com. C’est une bonne indication de la valeur intrinsèque de votre cheval (et de son évolution), cet indice étant pondéré par la notoriété des courses à laquelle il a participé (ce qui n’est pas le cas pour la musique).

Pour la forme sur le court terme, rendons-nous au paddock (le rond de présentation).

Un cheval a beau avoir des statistiques en béton sur les long et moyen termes, s’il vous présente un mine abattue  lors de la présentation d’avant course, ne misez pas un kopek sur lui !

Certains turfistes (qui font l’effort de se rendre à l’hippodrome) se sont spécialisé dans l’étude morphologique des chevaux avant la course. Cette étude peut être assimilée aux ‘tels’ des joueurs de poker qui essaient de deviner la main de leurs adversaires à partir d’indices corporels (tics, changement de position, clignement d’œil,..)

Au turf, le rond de présentation, mais également le canter qui précède la course, permettent d’avoir accès à ces indices corporels équins: ici ce n’est pas le bluff que l’on essaie de deviner (un cheval ne triche jamais !) , mais bien l’aptitude du cheval à terminer la course dans les premiers.

Le cheval doit avoir fière allure, ses muscles saillants, sa robe bien lissée et exempte de bave.

Son regard doit être vif, ses ruades toujours maitrisées, donnant l’impression d’une volonté d’en découdre. La mise en selle du jockey doit être franche, jamais compliquée.

Le cheval est-il à l’écoute? Regardez les oreilles: sont-elles dressées, signe de volonté, ou au contraire tombantes, signe de passivité?

Côté sabots, votre crack est-il déferré? Des 4 pieds ? Des pieds avant uniquement? Est-ce la 1er fois ?

Concernant la vision, porte-t-il des œillères? Si c’est un inédit, méfiance ! C’est probablement parce qu’il est peureux ou distrait. Au contraire, s’il c’est un cheval expérimenté, cela peut être le signe que le propriétaire vise la course en question. Vous trouverez cette information (port ou pas d’œillères) dans les journaux spécialisés et sur les sites d’info sur Internet.

Sachez également interpréter les hennissements: un bruit rauque et guttural peut signifier l’envie d’une copulation, risquant de définitivement distraire votre crack préféré !

Voilà, vous espérons que vous savez maintenant comment déterminer si un cheval est en forme. L’idéal étant de trouver cette information AVANT que la cohorte de pronostiqueurs ne fasse chuter sa cote. En effet, votre cheval étant encore un outsider, en le jouant pour une petite mise, vous gagnerez gros. Mais ne le jouez pas indéfiniment, car la roue finira par tourner! Essayez d’anticiper la prochaine chute de forme en analysant ses cycles saisonniers et en relisant soigneusement sa musique !