Pariez sur les courses à handicap pour accroitre vos possibilités de gains au Quarté+ et Quinté+

Avec les courses à conditions, nous avons vu que l’on cherchait à regrouper les chevaux par catégories homogènes (âges, sexe, gains) de façon à rendre les courses plus compétitives. En poussant l’exercice un cran plus loin, les courses à handicap mettent tous les chevaux à égalité: en théorie et si ‘l’handicapeur a bien fait son travail (c’est-à-dire lesté les meilleurs chevaux pour les courses de plat), tous les compétiteurs d’une course à handicap devraient terminer la course dans un mouchoir de poche. Un support idéal pour les passionnés de Quarté+ et de Quinté+.

.

En quoi consiste l’opération de handicap, réalisée par l’handicapeur ?

Une course à handicap consiste à entraver,  handicaper (*) la performance des meilleurs chevaux d’une course de façon à ce que les chances de chacun d’eux soit égales pour terminer en tête. C’est le travail du handicapeur d’estimer le lest que devra porter chaque cheval (courses de plat) ou la distance supplémentaire que devra courir chaque trotteur (courses de trot). Ce métier est très complexe et est généralement pratiqué par d’anciens entraineurs ou jockeys.

Note (*): Le terme handicap vient de l’expression anglaise ‘hand in cap‘ représentant un opération de tirage au sort. En effet, si le travail du handicapeur est parfait, tous les chevaux ont la même chance de figurer à l’arrivée, ce qui revient à un tirage totalement aléatoire, comme celui consistant à tirer un numéro dans un chapeau.

Pour les courses de plat, la charge est comprise entre 51 kg et 61 kg, avec un incrément de 0,5 kg. En pratique, l’handicapeur  utilise une fonction de conversion simple en considérant qu’un kilo équivaut à une longueur.

La dynamique de poids de 10 kg entre le ‘top-weight’ (61 kg) et le ‘bottom-weight’ (51 kg) permet donc de corriger en théorie jusqu’à 10 longueurs d’écart entre 2 chevaux.

Les lests sont déterminés par rapport à une Référence attribuée à chaque course. Cette référence est calculée par le handicapeur en fonction des forces en présence. Plus le lot de chevaux engagés est performant, plus cette référence sera faible.

Prenons un exemple d’une course à handicap dont la référence est de 19. Un cheval dont la valeur de handicap est de 35 portera une charge de 54kg (35 + 19). Ce lest est réévalué à chaque course, en fonction des résultats précédents.

Plus le cheval va progresser, plus il devra porter un poids important. Lorsque la charge deviendra trop lourde, il évoluera vers les Listed-race, les courses classiques.

Courses à handicap : quel intérêt pour les parieurs du Turf ?

En pratique, ces courses à handicap sont très nombreuses et servent de support aux Quarté+ et Quinté+. En ‘ouvrant’ le nombre de possibilités, puisqu’en théorie tous les chevaux ont une chance ‘égale’ de terminer en tête, les courses à handicap sont les épreuves idéales pour parier sur un nombre important de chevaux (comme les Quinté + et les Quarté+), les gains étant démultipliés.